Figari est une exellente région de production, bien que les suberaies soient moins importantes qu’au début du vingtième siècle, l’exploitation du chêne-liège reste une activité dominante.

Il existe deux familles de liège, la première qui est utilisée dans la fabrication des bouchons et la seconde qui à partir de liège broyé sert dans la confection des plaques d’isolation, des revêtements de sol. La famille la plus noble est la première.

Le chêne-liège a besoin d’eau, de soleil, d’espace. La récolte du liège a lieu en été de la fin juin à la mi-août, quand il fait chaud et que la sève monte. On le récolte à la hâche en faisant attention que la hâche ne touche pas le tronc, puis on le stocke pendant un an. Pendant ce temps, on le trie par épaisseur et par qualité. Il est ensuite transporté en Sardaigne pour être transformé.

« Depuis le début du vingtième siècle, on utilise les mêmes méthodes de récolte… »

 

Partager cette page :